Conseils d’hommes adressés aux femmes

Comment savoir rapidement ce qu'un homme a en tête et éviter de s'embourber dans une histoire sans issue ? Littérature, poésie et psychanalyse n'ont cessé de s'interroger sur le désir féminin, tenu pour la plus grande énigme de l'univers. Comme si le psychisme masculin, lui, était transparent ! Heureusement, un ouvrage vient combler cette lacune : Ce que les hommes veulent (Anne Carrière, 1999). Ses auteurs : Bradley Gertsman, 30 ans, avocat, Christopher Pizzo, 29 ans, expert-comptable et Rich Seldes, 30 ans, médecin. Trois représentants " ordinaires " du sexe masculin qui, à partir de leur propre expérience, répondent à toutes les questions qu'une femme se pose quand elle rencontre un homme. Une bible ! Où l'on mesure à quel point les messieurs sont peu sûrs d'eux et redoutent le rejet. D'où leurs comportements parfois énigmatiques…

1) Que se passe-t-il dans l'esprit d'un homme qui rencontre une femme ?

Lorsqu'il repère une " personne spéciale ", tout homme devient instantanément nerveux et son rythme cardiaque s'accélère. Angoissé, il hésite : " J'y vais, j'y vais pas ? Si j'y vais, elle va me repousser et je serai ridicule… Est-ce une alliance à son doigt ? Est-elle seule dans la vie ? " On lui a toujours appris que c'était à l'homme de faire le premier pas, question d'éducation. Le " hic ", c'est que les hommes sont autant – sinon plus – sujets que les femmes à la peur d'essuyer un refus : " Même si un homme est sûr de lui, superbement beau, ou s'il réussit dans la vie, la crainte d'être rejeté l'emporte. Ses conquêtes passées ne lui sont d'aucune utilité, tant qu'il ignore encore ce que vous allez dire, faire ou penser ", affirment nos auteurs. Ainsi, un homme peut fixer des yeux une femme toute une soirée, sans se décider à aller vers elle. Au point d'inciter celle-ci à penser qu'elle s'est méprise sur la signification de ce regard…

Autre élément terrifiant pour un homme, même " quand on le darde d'œillades à faire rougir un saint " : la horde de copines ou " l'amie-cerbère ".
Un conseil : se débarrasser de ces gêneuses au plus vite si l'on souhaite faire connaissance.

2) Comment multiplier les chances de le revoir ?

De la spontanéité, un brin de séduction, un zeste d'humour et beaucoup de gentillesse, recommande l'ouvrage. N'occupez pas le devant de la scène : il doit croire que la vedette, c'est lui ! Envoyez des signaux physiques : regards, sourires, etc. N'hésitez pas à vous montrer explicite : " Je suis heureuse que nous nous soyons rencontrés, nous devrions aller voir ensemble ce film dont vous m'avez parlé. " S'il ne demande pas votre téléphone après une ou deux allusions de ce genre, oubliez-le : vous ne l'intéressez pas !

3) Pourquoi tarde-t-il à appeler ?

Après avoir obtenu le numéro de téléphone d'une femme, un homme ne fantasme pas avec délices sur le prochain rendez-vous. Son unique souci est : " Si je l'appelle, comment vais-je être accueilli ? Vais-je lui faire bonne impression ? " De nouveau la peur du rejet ! Quand une dame plaît à un monsieur, on dit qu'il la rappelle deux ou trois jours après la première rencontre. S'il ne vous contacte pas immédiatement, pas de panique : manquant de confiance, il a pu retarder l'appel pour ne pas avoir l'air accro.

5) Pourquoi ne m'a-t-il jamais rappelée ?

Vous avez passé une soirée formidable, vous avez flirté et décidé de vous revoir bientôt, pourtant il ne rappelle pas…

a) Peut-être lui avez-vous trop parlé de votre ex : à trop vouloir prouver votre disponibilité ou votre besoin d'une épaule consolatrice, il a pensé qu'il avait un rival impossible à déloger. " Un homme se voit comme initiateur et moteur de la relation " ; s'il n'a pas la sensation de contrôler la situation, il peut décider d'en rester là.

b) Peut-être n'en a-t-il jamais eu l'intention : il voulait juste tester sur vous son pouvoir de séduction.

c) Peut-être, déjà engagé dans une autre relation, désirait-il s'offrir une soirée de liberté…

6) Quand accepter de passer une première nuit avec lui ?

Il insiste pour vous faire partager son lit, vous rappelle que nous sommes au XXe siècle et qu'il est temps de s'affranchir des tabous désuets. Pas si sûr ! Avant d'accepter, il est préférable d'attendre le cinquième rendez-vous, recommandent les auteurs (américains, ne l'oublions pas !) : " Un homme ne s'indigne nullement d'attendre des femmes une morale sexuelle bien plus stricte que celle qu'il applique à lui-même. " En matière de sexe, les hommes sont plus conservateurs qu'il n'y paraît. La virginité n'est plus une vertu en Occident, mais ces messieurs, même s'ils jurent le contraire, ont toujours du mal à imaginer qu'un autre, avant eux, a su faire jouir leur partenaire : " Et s'il avait été plus capable que moi ? "… En fait, ils doutent en permanence de leur virilité.

7) S'agit-il d'une rencontre purement sexuelle ?

Une femme est en droit de faire ce constat :

- si son partenaire n'est jamais disponible le week-end ;

- s'il fait toujours signe au dernier moment (il a certainement des relations multiples) ;

- s'il n'a de cesse de vous répéter : " Je ne suis pas prêt pour une relation sérieuse. " Vous pouvez compléter par : "… avec toi ".

Il ne faut surtout pas perdre de vue qu'" un homme sait presque immédiatement – de façon plus ou moins consciente – si la femme avec laquelle il sort est susceptible de devenir un jour sa compagne ". Si, après deux rendez-vous, il ne parvient pas à cette conclusion, déclarent nos auteurs, jamais il ne pourra s'imaginer vivre avec elle !

Les nouvelles agences

Intimidé ? Laissez-vous coaché par un “chasseur de cœur”. Bonne nouvelle : pour faire face au boycott des agences matrimoniales accusées de pratiquer des prix exorbitants (jusqu'à 40 000 F) pour des résultats décevants, des professionnels (1), rebaptisés " chasseurs de cœur ", ont décidé de recourir au coaching afin de préparer leurs clients à la rencontre.

- Première étape : un bilan affectif personnalisé. On établit un état des lieux de votre parcours affectif pour définir votre objectif sentimental et l'atteindre. Le but : acquérir plus de discernement dans vos choix afin de ne plus faire d'erreur d'aiguillage.

- Deuxième étape : des stages intensifs pour combler vos lacunes. Au choix : " Mieux communiquer avec les autres ", " Tout comprendre des relations hommes-femmes ", " Séduction, mode d'emploi "… Objectif : acquérir les moyens de vos rêves.

- Troisième étape : une préparation au premier rendez-vous. Vous n'aurez jamais l'occasion de faire deux fois une première impression. Outre un relookage, on vous prodigue des conseils pour faire bonne figure (ne pas monopoliser la parole, ne pas critiquer son ex afin de ne pas effrayer votre interlocuteur, etc.).
(Edith Carade'ch)

Katherine Pancol : “Les femmes ne veulent plus s'engager comme avant”

Dans J'étais là avant, son nouveau roman (Albin Michel, 1999), la belle impertinente est devenue grave. " Je n'arrive pas à aimer les hommes ", déclare d'emblée son héroïne qui connaît les bonheurs du corps mais brise inexorablement tout engagement du cœur. L'occasion d'interroger l'auteur.

Votre livre, comme de nombreux films récents, La Nouvelle Eve par exemple, montre des femmes qui refusent de s'engager. Pourquoi ?
Les hommes et les femmes ne s'engagent plus parce qu'ils ne se comprennent plus. Les femmes ont tellement évolué, dans leur tête, dans leur corps, dans leur liberté, qu'elles ne supportent plus d'être traitées comme au temps où elles n'étaient que des objets, de reproduction, de décoration ou de plaisir. Elles revendiquent une âme, une personnalité, des contradictions. Comme les hommes. Je ne crois pas qu'elles ne veulent plus s'engager. Elles ne veulent tout simplement plus s'engager comme avant. Elles sont devenues bien plus exigeantes.

On a l'impression que plus la sexualité est banalisée, plus l'amour est idéalisé. Est-ce pour cela qu'il en devient inaccessible ?
La sexualité est peut-être plus simple, plus directe, la femme exprimant son désir, mais le cœur est là aussi, palpitant. Chez les femmes, je crois que les deux marchent ensemble. Elles ne séparent pas le cœur et le corps. Ce serait plutôt une conduite d'homme. Les femmes rêvent et souffrent toujours autant. Elles veulent tout trouver chez un seul homme. Et c'est en cela qu'elles ont des illusions.

Sentez-vous des différences entre cette génération et celle des baby -boomers que vous connaissez bien ?
L'identité féminine n'est pas une question de génération mais de siècles et de siècles pour faire bouger les choses. On a mis des centaines d'années pour avoir le droit de voter, d'avorter, de choisir son lieu de résidence, l'école de ses enfants… Pourtant, regardez la société d'aujourd'hui. Combien de femmes ont vraiment le pouvoir ? Très peu. Est-ce normal ? Non. Les hommes vont devoir apprendre à respecter les femmes, à emprunter les valeurs féminines. Afin que le monde ressemble enfin aux gens qui l'habitent. Et ça va prendre du temps !