Chaque couple se construit sur un mythe

Psychologies : Selon vous, tout commence avec le mythe de la rencontre…

Robert Neuburger : Oui. L'esprit humain est merveilleux de romantisme. C'est ce que j'appelle le " mythe de destin ". Chacun va à la recherche de coïncidences signifiantes prouvant que sa rencontre avec l'autre n'est pas fortuite. Le destin vient dans l'après-coup… C'est une invention nécessaire qui donne une profondeur au couple. On est dans l'irrationnel, la pensée magique, la poésie. C'est de l'imaginaire à deux. On y adhère sans recul. On a foi en cette croyance qui n'est pas perçue consciemment comme croyance, sinon on n'y croirait plus !

Pouvez-vous nous donner des exemples ?

Comme c'est curieux, on jouait au parc des Buttes-Chaumont toute notre enfance et on ne se connaissait pas. " Ou bien : " Nous avons la même passion pour la musique sérielle, les films de Dreyer ou les mémoires de Saint-Simon. " Le plus extraordinaire que j'ai entendu, c'est : " On a su qu'on était un couple le jour où l'on s'est aperçu qu'on n'avait rien en commun ", la coïncidence signifiante était là.

Ces exemples ne sont pas très magiques !

Justement, le mythe joue souvent sur des détails. Le prototype, la structure de base, c'est Tristan et Iseult buvant un filtre d'amour qui ne leur était pas destiné. Transposé, cela donne : " Etrange, je n'aurais pas dû venir ce soir-là, pourtant je suis venu. Quelque chose m'a poussé. Je savais qu'on allait se rencontrer, c'était écrit. " Si l'un des deux avait eu cinq minutes de retard ou d'avance, ils ne se seraient jamais croisés. En fait, ils auraient trouvé quelqu'un d'autre, mais ils ne le savent pas !

Sans ce mythe, un couple n'existerait pas ?

Le mythe magnifie la rencontre. C'est le premier pôle de croyance… quand le couple se constitue. Si, depuis le début, il y a une carence de mythe fondateur – si le couple se forme parce que la femme est enceinte, s'il y a eu hésitation entre plusieurs " prétendants ", etc. –, le couple deviendra une unité fonctionnelle à deux, rien de plus.

L'importance de ce mythe de destin s'émousse-t-elle avec le temps ?

 

Non, pas du tout. Il restera la pierre angulaire des couples. En général, les partenaires ont compris l'intérêt qu'ils avaient à maintenir la croyance en ce moment décisif où ils se sont choisis et où ils ont été choisis par le destin. Si l'on s'aperçoit qu'il y a eu tromperie – que l'autre vous a dit adorer “la Recherche” de Proust seulement pour vous séduire et qu'il n'en a pas lu plus de dix lignes –, c'est très grave ! Une attaque au mythe touche au pôle de croyance et met le couple en danger.

Existe-t-il d'autres mythes dans un couple ?

Le mythe de destin va vite s'étoffer et s'enrichir de " mythes de valeurs " partagés par le couple. Ces valeurs sont principalement la confiance, la fidélité, la vérité, la transparence, la passion, le respect et la liberté sexuelle de chacun. Ces mythes servent à renforcer le sentiment d'appartenance au groupe-couple et à faire croire à chacun qu'il partage la même " foi " en la relation. Pris à la lettre, certains mythes peuvent devenir dangereux. Par exemple, la " confiance " : le lieu de la confiance, c'est la famille, pas le couple. Je ne vois pas comment on peut avoir confiance à l'intérieur d'un couple alors qu'on sait, à propos de soi-même, qu'on peut très bien, du jour au lendemain, tomber amoureux d'une autre personne. Si on ne peut pas se faire confiance à soi-même, alors faire confiance à l'autre…